Blog de recherche et d'étude sur la franchise

Un livre pour révéler un scandale

In franchise on 25 janvier 2011 at 10:58

Irène Frachon. Ce nom vous dit-il quelque chose ? C’est la femme qui a révélé au grand public le scandale du Mediator. Sans son obstination et son honnêteté intellectuelle, il est probable que toute cette affaire aurait été passée sous silence et peut-être même que les pouvoirs publics n’auraient pas trouvé nécessaire de remettre en cause les mécanismes de prises de décision de l’AFSSAPS.

Si Irène Frachon n’avait pas écrit son livre, si elle n’avait pas décidé de le publier et de faire face au procès des Laboratoires Servier, les patients qui ont été traités au Mediator seraient restés dans l’ignorance la plus totale. Ceux qui en sont déjà morts et ceux qui vont disparaître à cause de ce médicament auraient disparu sans savoir qu’elle était la cause réelle de leur décès. (lire l’article publié dans les Dernières Nouvelles d’Alsace le 17/11/10)

Si vous avez envie d’en savoir davantage sur le combat de cette femme, je vous invite à lire les articles suivants :
Irène Frachon : « Pourquoi le Mediator n’avait-il pas été retiré en France ? » (16/11/10) – interview de Yves Calvi
Mediator, un scandale français – Du cœur au ventre (20/11/10)
Servier reconnaît le «vrai risque» du Mediator (09/01/11)
Mediator, un scandale français – Irène Frachon: «Les politiques ne peuvent se décharger sur le seul arbitrage des experts» (17/01/11)

Combien de scandales n’ont pas encore été révélés par des personnes pourtant informées mais qui préfèrent se taire ?
Deux citations me reviennent en tête à ce sujet.
L’une est d’Albert Einstein : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. »
L’autre est d’Abraham Lincoln: « C’est en gardant le silence, alors qu’ils devraient protester, que les hommes deviennent des lâches. »

En l’occurrence, c’est une femme qui a eu le courage de dénoncer les dysfonctionnements d’un système pendant que d’autres, bien qu’informés, restaient indifférents, participaient voire même profitaient de ce système. Chapeau Madame Frachon !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :